lundihebdo.com
Friday, July 2020
Now Reading:
ATTAQUE DE RUMANGABO : L’ICCN PUBLIE UN BILAN DE 17 MORTS DONT 12 ECO-GARDES
Full Article 2 minutes read

ATTAQUE DE RUMANGABO : L’ICCN PUBLIE UN BILAN DE 17 MORTS DONT 12 ECO-GARDES

Par Frédéric Feruzi

C’était vers la mi-journée ce vendredi que l’institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) a été touché, dans son propre fief, près de Rumangabo. L’ICCN déplore un environnement de travail malsain, dans lequel il évolue.

Les embusqués ont été surpris dans les encablures de la localité de Rumangabo, qui héberge un camp de l’armée congolaise. 13 des morts sont un chauffeur et des éco-gardes, tandis que les 4 autres sont des usagers de la route, fait savoir le chargé de communication de l’ICCN.

À l’origine de l’attaque, Joël Wengamulay se resserve de pointer les FDLR, qui ont été régulièrement citées sur les réseaux sociaux. Un commentaire craint que l’attaque ne soit pas liée à la pression exercée ces derniers jours par l’armée congolaise qui mène des opérations contre les rebelles rwandais dans le parc national des Virunga. Le communicateur de l’ICCN souhaite que l’enquête sur l’attaque puisse déterminer à l’avenir ses auteurs.

Joël Wengamulay ne trouve aucun sens à une attaque qui cible l’ICCN qui œuvre pourtant pour le bien de la province. ’’Nous travaillons dans un environnement instable où nous menons des actions pour la stabilisation de la province, contribuer à la stabilisation de la province soit économiquement soit par des actions de renforcement de l’autorité de l’État.’’, déclare le chargé de communication de l’ICCN.

Conscient d’un tel environnement s’évertue d’amoindrir le risque sur son personnel mais en vain. Il compatit avec les familles de victimes dit Joël Wengamulay :’’Malheureusement aujourd’hui, nous déplorons des pertes en vies humaines. Nous présentons nos condoléances aux familles des victimes éprouvées’’.

Le parc des Virunga crée en 1925 est le plus vieux parc d’Afrique. Depuis des dizaines d’années, il doit cohabiter avec des populations riveraines qui sont hostiles à son maintien. Ces dernières souhaitent y pratiquent l’agriculture, la chasse et la pêche sans y être inquiétés, quoique que le parc soit inscrit sur la liste des patrimoines de l’Unesco.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.