lundihebdo.com
Monday, August 2020
Now Reading:
Diamond Platnumz accueilli en artiste ordinaire à Goma
Full Article 5 minutes read

Diamond Platnumz accueilli en artiste ordinaire à Goma

Le célèbre artiste Tanzanien , Diamond,  preste devant un public réduit au regret des milliers de ses mélomanes mal informés de son arrivé à Goma dans le cadre de l’Independance Day Festival au stadium du collège Mwanga.

Les mélomanes de cette célébrité Africaine ne se sont pas laissés prendre par la fièvre de la présence de leurs Idole à Goma. Nasibu Abdoul Juma, du nom de la scène « DIAMOND Platnumz », est arrivé comme une personne ordinaire contrairement à son statut. Un artiste très apprécié par le public de l’Est de la RDC pour plusieurs raisons. La première raison est celle de son expression en Kiswahili, l’une des quatre langues nationales en RDC. ABDOUL Juma jouit étonnamment des avantages des rumeurs qu’alimente un bon nombre de congolais vivant dans la partie Est du pays et qui font de lui un Tanzanien d’origines congolaises. Pourtant Diamond est né le 2 octobre 1989 à Kigoma, une ville frontalière de la R.D.C séparée d’elle par le Lac Tanganyika. Son talent fétiche attire naturellement ses fans congolais qui n’hésitent pas de se laisser emballés par ses tubes comme « Kigoma ». Kigoma est l’une  des chansons de Diamond qui a bourdonné dans la ville de Goma aux années 2012-2013 au point d’inspirer les artistes locaux de Goma de faire un futuring sur la ville « Mtoto wa Dego ». Un single critiqué pour avoir été une copie rythmique du Bongo Flava avec « Kigoma », de laquelle l’instrumental est facilement relaié par « Mtoto wa Dego ».

Diamond au stadium du Collège Mwanga. Photo tiers.

Les tubes comme Chambua ka ma karanda, Utanipenda, Kidogo, Nitampatawapi embrasent les ondes de la ville touristique de la R.D.C. La présence de Harmonize, son premier complice qui évolue bien avec lui dans son label « Wasafi Classic Baby » WCB ferai également du piment dans la sauce avec la chanson « Aiyola » qui emporte plusieurs de ses fans.

Une campagne médiatique réservée ou ratée.

Photo tiers

L’Association Mtoto Wa Africa est l’organisateur principal de ce festival -presque Régional- qui attire l’attention des festivaliers des pays voisins de l’Est de la RDC comme le Rwanda et le Burundi. Selon les observateurs, cette association n’avait pas tracé un lien étroit entre le festival avec la date du 30 juin qui marque l’indépendance de la R.D.C. Un lien logique qui était pourtant important comme argument pour intéresser quantité des spectateurs. Pour un grand nombre des congolais qui n’ont pas reçus les fouets des colonisateurs Belges, l’Indépendance ne signifie peut-être rien, 57 ans après. Si le festival prend son essence de celle-ci, beaucoup d’interrogations devraient se soulever quant à l’opportunité du choix de la date du 30 juin pour le festival. Et si c’était une crainte pour les organisateurs de virer vers la politique ? Diamond Platnumz lui n’en aurai pas peur car il est parmi les premiers propagandistes du ‘’Chama Cha  Mapinduzi’’ CCM, un parti du pouvoir dans son pays la Tanzanie, lequel parti remplirai fréquemment  sa sébile.

Déjà, le prix du billet d’entrée était fixé à 5 dollars Américains mettant à l’écart la classe moyenne de la population à faible revenu. Sur plusieurs chaines de Radios et de Télévisions de la place, la campagne était quasi inexistante pour une cible accro à la Radio. Seule TRACE TV pouvait diffuser, dans une bribe de secondes, l’annonce du festival avec l’artiste Diamond -lui-même- au moment où les chaines par satellite sont de consommation des gens les plus nanties de la ville de Goma. Au vu des ucune chance ne pouvait se dessiner à l’horizon de la première édition de l’Independance Day Festival, même si son Directeur Artistique, LUZAKIA attendait 12 000 festivaliers chaque jour à en croire ses propos, le mardi 27 juin 2017 devant la presse. Nous avons tenté de contacter les organisateurs afin de savoir le bilan de cette première édition, nos efforts n’ont pas aboutis. La page Facebook de l’Independance Day festival n’a enregistré que 3755 festivaliers pours les trois jours de prestation. Ce bilan plait-il aux milliers des mélomanes qui aimeraient bien vivre Diamond sur scène ? La ville de Goma se réjouit pour autant de la prestation de ses artistes locaux dont, Mr POA, Wanny S-King, El Weezya, Fimbo Kali, Popal et d’autres qui ont fait l’honneur à Diamond, Eazi, Navyn Kenzo ; des artistes venus d’ailleurs. Les journalistes auraient été mal considérés au cours du Festival même. Leurs cris pourront faire un écho dans les préparatifs de la deuxième édition projetée dans une année.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.