lundihebdo.com
Thursday, October 2020
Now Reading:
GOMA, 15 MILLIONS DE $ : LE CLC DEMANDE A FELIX TSHISEKEDI D’EXPLIQUER EN 4 LANGUES NATIONALES LE CONCEPT RETROCOMMISSION
Full Article 4 minutes read

GOMA, 15 MILLIONS DE $ : LE CLC DEMANDE A FELIX TSHISEKEDI D’EXPLIQUER EN 4 LANGUES NATIONALES LE CONCEPT RETROCOMMISSION

Par Frédéric Feruzi

Des centaines de personnes dont plusieurs acteurs politiques et des activistes pro-démocratie ont marché ce samedi à Goma pour chuter devant le palais de justice, contre la corruption, à l’appel du comité laïc de coordination (CLC).

Les manifestants encadrés par la police, munis des calicots dénonçant une corruption institutionnalisée en RDC, scandaient des slogans hostiles notamment au directeur de cabinet du président Félix Tshisekedi.

Une fois devant la cour d’appel de Goma, ils ont lu une déclaration, présentée comme un message du CLC au peuple congolais. Le premier paragraphe est un rappel citoyen :’’Nous avons marché aujourd’hui pour exprimer haut et fort que le Congo est notre bien à tous. Il n’est pas la propriété privée d’un groupe de privilégiés qui auraient tous les droits de s’accaparer et de jouir impunément de toutes les richesses nationales, d’imposer les lois qui les arrangent, de les appliquer de la façon qu’ils veulent et par-dessus tout, de condamner le reste de la population, au silence et à une misère interminable. Si nous avons été massivement aux urnes, c’était pour obtenir le changement dans la gouvernance de la république.’’

La déclaration poursuit que la marche de ce samedi était contre la corruption et l’impunité qui sont deux fléaux qui détruisent la société congolaise. Elle se réfère même à Proverbe 34-14, un passage de la Bible qui dit :’’La justice élève une nation’’.

Revendications des manifestants

Elles apparaissent au 3ème paragraphe de la déclaration et consiste en 3 points :’’ A. La restitution des 15 millions de dollars subtilisés du trésor public pour une destination inconnue, la sanction des auteurs de ce crime et la dissolution du comité de suivi des prix des produits pétroliers devenu un mécanisme néfaste de détournement de l’argent de l’Etat, B. La suspension de leurs fonctions, à titre conservatoire, de toutes les personnes impliquées dans le détournement de cette importante somme, afin de permettre à la justice de faire son travail en toute indépendance. C. La démission de 9 juges constitutionnels qui ont banalisé les résultats électoraux par des validations, des invalidations et des revalidations fantaisistes, en violation de la constitution et des lois de la république, mettant gravement en péril la cohésion nationale’’.

15 millions en 4 langues nationales pour éclairer les congolais non instruits

Parmi les congolais, il existe une bonne partie non instruite, qui ne peut rien comprendre du terme Retrocommission si ce n’est que dans l’une des langues locales, laisse entendre Jacques Sinzahera, point focal du comité laïc de coordination au Nord-Kivu. Comme le président Félix Tshisekedi ne peut pas parler toutes les langues du Congo, Jacques Sinzahera lui propose de le faire au moins dans les quatre langues nationales pour tirer le peuple d’éventuelle confusion sur le sens du terme Retrocommission. ‘’ Retrocommission c’est un terme français. Nous on ne comprend pas ! A mon niveau je peux piger quelque chose, mais pour un citoyen de Masisi, Nyabiondo, Kyondo peut croire que la Retrocommission c’est soit l’achat des tracteurs pour l’agriculture ! Peut-être les autres diront que c’est un vol orchestré ! On appelle le chef de l’Etat à prononcer ce terme en Swahili, en Kikongo, en Chiluba et en Lingala, pour que le peuple sache au moins ce qu’est la Retrocommission.’’ , a-t-il déclaré.

Invité par l’émission Internationales de RFI, le 22 septembre dernier, Félix Tshisekedi a expliqué sur la question des 15 millions de dollars disparus de caisses de l’Etat qu’il ne s’agissait pas d’un détournement mais d’une affaire de Retrocommission.

Cette explication est également loin d’être satisfaisante pour Grace Omari Matandiko, un cadre du mouvement Ensemble pour le Changement de Moise Katumbi :’’Nous devons instaurer où les institutions sont en train de fonctionner sous des principes’’.

Par cette marche, le président Félix Tshisekedi doit comprendre un soutien populaire contre la corruption, s’il a réellement l’intention de lutter contre ce fléau, estime Espoir Ngalukiye, militant de la Lucha :’’L’affaire de 15 millions, c’est juste un cas parmi tant d’autres affaires. Il ne s’agit pas ici d’un acharnement contre un individu, c’est plutôt un acharnement contre un problème du Congo.’’ 

Les marcheurs, qui s’attendent à des garanties fermes et des signaux clairs contre la corruption de la part du gouvernement, notent dans leur déclaration que cela va de leur avenir et de celui de leurs enfants. Pour Neema Vikayilwira, présidente fédérale du parti politique ’ARC’ à Goma, cette marche a été de toutes les revendications :’’ Il n’y a pas d’emploi pour les jeunes, les femmes sont marginalisées, toujours la participation des femmes n’est pas effective. Nous avons beaucoup de choses à soulever ! si une fois ils n’arrangent rien, ils vont nous retrouver sur leur chemin’’.

La déclaration des manifestants a été reçue par le président à la cour d’appel de Goma. Fidèle Kibala a promis de la remettre à qui de droit.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.