lundihebdo.com
Saturday, October 2020
Now Reading:
GOMA : LES ENSEIGNANTS GREVISTES ANNONCENT UN RECOUVREMENT FORCE DES FRAIS SCOLAIRES ET LA FIXATION DES FRAIS DU DEUXIEME TRIMESTRE
Full Article 3 minutes read

GOMA : LES ENSEIGNANTS GREVISTES ANNONCENT UN RECOUVREMENT FORCE DES FRAIS SCOLAIRES ET LA FIXATION DES FRAIS DU DEUXIEME TRIMESTRE

Rassemblement d’enseignements grévistes à Goma.

Par Frédéric Feruzi

Ils se sont, une fois encore, réunis en assemblée générale ce samedi 11 janvier, à l’esplanade de l’institut de Goma pour évaluer leur combat pour le paiement des salaires décents aux enseignants.

La décision de recourir au recouvrement forcé est issue de ce nouveau rassemblement. Depuis ces dernières semaines, les enseignants ne s’étaient plus réunis, en attente du paiement des frais convenus avec les parents lors des réunions dans les écoles.
Les autorités provinciales avaient autorisé que les deux parties se mettent sur une somme que les parents devraient payer, au premier trimestre, comme le gouvernement central a annoncé qu’il ne prendre en charge les enseignants non payés et non immatriculés à partir du deuxième trimestre, soit fin janvier.
Les enseignants ont cependant fait un constat amer, la plupart des parents n’ont pas jusqu’ici honoré leurs engagements. Beaucoup préfère écouter les intoxications de politiciens qui les déconseilleraient de payer, au motif que la gratuité de l’enseignement a été décrété, explique Innocent Shamavu, le président de la force syndicale nationale (FOSYNAT) :’’Nous demandons à l’école primaire, comme à l’école maternelle et secondaire de procéder au recouvrement dès ce lundi, un recouvrement forcé. Nous ne voulons pas deux poids deux mesures. S’il y’a une autorité qui va chasser les préfets ou les directeurs qui ont fait le recouvrement qu’elle chasse tous les préfets ou les directeurs du Nord-Kivu’’.
Innocent Shamavu poursuit :’’S’ils veulent que nous ne puissions pas faire ce recouvrement qu’ils viennent nous payer un salaire décent. Aussi longtemps qu’ils n’auront pas ce salaire décent, le parent sera obligé de payer pour son enfant.’’
Le président de la FOSYNAT prévient que les enseignants ne recourront plus à la grève pour se faire payer, le recouvrement forcé reste la seule option :’’Nous nous n’allons plus recourir à la grève car nous avons le souci de nos enfants. Nous allons faire le recouvrement forcé comme tous les services de l’Etat font le recouvrement forcé.’’
Cette décision vient aussi de la prise de conscience et de l’expérience, laisse entendre Innocent Shamavu : ‘’L’année scolaire doit être couverte parce qu’il y’a un calendrier scolaire qu’on doit couvrir pendant une durée de 288 jours par conséquent nous avons été obligé de retourner…Nous ne voulons pas subir le sort de nos confrères de Bukavu. A Bukavu, ils ont commencé la grève en septembre, qu’ont-ils gagné jusqu’ici ? A Lubumbashi, ils menacent de reprendre la grève parce qu’ils ont attendu.’’
Ainsi, les enseignants comptent désormais sur les parents pour continuer d’enseigner.’’Maintenant ici, tel que je vous parle, nous allons aller fixer les frais pour le deuxième trimestre. Celui qui n’est pas d’accord avec vous, n’a qu’à envoyer ses enseignants de la gratuité dans les écoles, nous nous ne sommes pas gratuits.’’ a déclaré Innocent Shamavu.
Le président de la FOSYNECAT prévient que tout parent qui hésitera à payer les frais scolaires ne fera qu’accumuler ses dettes.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.