lundihebdo.com
Tuesday, July 2020
Now Reading:
Grands Lacs : Les intérêts économiques liés aux Congolais éloignent Museveni de Kagame
Full Article 5 minutes read

Grands Lacs : Les intérêts économiques liés aux Congolais éloignent Museveni de Kagame

Un dossier de Alain Alame

Pendant que les torchons ont commencé à dégager du feu entre Kampala et Kigali, le 28 février dernier, le mois de la femme a ouvert une série d’échanges des fleurs entre Kinshasa et Kigali.

Les trois pays, tous frères, mais la profonde fraternité entre l’Ouganda et le Rwanda risque de tomber en panne à cause des intérêts économico stratégiques liés au frère-cousin Congolais. Parlant de leurs démêlés, les deux gouvernements tirent sur le motif politico sécuritaire, qui du reste n’est pas à épargner.

La sécurité du Rwanda ; un faux prétexte

Tout commence par la presse Rwandaise qui commente des cas de commerçants rwandais d’Ouganda ayant dû fuir ce pays en raison des accusations d’espionnage et de possession d’armes proférées contre eux par les services de sécurité de l’Ouganda. Quand les perquisitions ne donnent rien, les Rwandais seraient rançonnés par les agents ougandais.

Le ministre rwandais des Affaires étrangères, Richard Sezibera, a donc conseillé publiquement aux Rwandais de ne plus se rendre en Ouganda. L’Ougandais a répliqué en niant toute « chasse aux sorcières » contre les Rwandais et qu’il y eut un seul prisonnier rwandais en Ouganda – s’attirant un cinglant démenti d’Olivier Nduhungirehe, secrétaire d’Etat rwandais aux Affaires étrangères, qui évoque « plus de 40 citoyens rwandais qui se languissent dans des cellules du CMI en Ouganda et plus de 800 Rwandais déportés d’Ouganda ou qui s’en sont vu refuser l’entrée depuis janvier 2018 », rapporte africanews.com

Des suspicions font état de la présence en Ouganda d’opposants rwandais du Rwanda National Congress (RNC) de l’ex-général Faustin Kayumba Nyamwasa, qui essaie de mettre sur pied un mouvement armé contre Kigali. Le Rwanda a notamment dénoncé la présence de camps d’entraînement du RNC au Sud-Kivu, sur le plateau de l’Itombwe, et l’appui que le RNC reçoit de la part des services de renseignement militaires Ougandais.

Au nom de l’essor du Rwanda, Kagame trahis ses pairs

Pas plus tard que le 28 février 2019, les autorités Rwandaises ont décidé que les poids lourds se présentant au poste-frontière de Gatuna – Rwanda, frontière avec l’Ouganda-soit « temporairement détournés » vers celui de Kagitumba, sur la même frontière, en raison de travaux. Réagissant, le porte-parole du gouvernement Ougandais, Ofwono Opondo a assuré, de son côté, que le Rwanda refuse la libre-circulation des biens et des personnes, ce qui est contraire à la règlementation de l’East African Community, dont les deux font partie – et à la tête de laquelle le président rwandais Paul Kagame vient de succéder à l’Ougandais Yoweri Museveni. Kampala a convoqué l’ambassadeur du Rwanda en Ouganda, tandis que les émissions radio/TV d’Etat rwandaises ne sont plus retransmises en Ouganda, à en croire nos confrères de jeuneafique.com

L’Ouganda a fourni la victoire de l’AFPR à Paul Kagame ; ce qui lui a valu la paix qui a déclenché le développement rapide dans tous les secteurs. La vitesse de la modernité du Rwanda inquiète déjà les Etat de l’East African Community, dont l’Ouganda en raison des milliers de taxes qu’il accumule grâce au commerce transfrontaliers en son pays, le Rwanda et le gigantesque marché des produit finis en provenance de l’EAC via Kampala et son aéroport international d’Entebbe.

Vu que le Rwanda développe son agriculture, s’industrialise ; l’Ouganda perd sa clientèle Rwandaise et une partie des clients Congolais se ravitaillent directement au Rwanda. Les cinq dernières années cette situation n’a pas fortement inquiété l’Ouganda.

Ce qui fâche le plus l’Ouganda est le projet de construction de l’aéroport international de Bugesera Située à 40 Km au sud de la capitale Kigaliet dont la première pierre a été posée le 9 août 2017 par le président Paul Kagame. Le Rwanda prévoit de développer une ville d’aéroport, y compris des bureaux, des hôtels et des espaces commerciaux d’une manière progressive et échelonnée, africain.info

Il envisage également de développer davantage les zones avoisinantes en créant des zones économiques spéciales et un parc de divertissement, ce qui constituera un bon complément à l’industrie touristique en plein essor au Rwanda. Avec une telle infrastructure, le Rwanda souhaite devenir en 2020 un centre d’aviation pour l’Afrique.

D’ici à 8 mois, cet aéroport construit sur 1,3 ha et prévu d’accueillir, dans tout son complexe, 4,5 millions de passagers par an pour un coût total de 818 millions de dollars Américains alloués par le gouvernement Rwandais ; l’Ouganda et les Etats de l’EAC commenceront à enregistrer un manque à gagner inestimable à cause de la perte de la fréquentation de la population Rwandaise et une majeure partie des congolais qui s’approvisionnent principalement en Ouganda .

Le Rwanda voudrait s’accaparer, lui seul, le grand marché Africain de l’Est de la RDC- non industrialisé à cause des guerres en répétition – qui réalise son commerce au prix exorbitant des visas, des séjours, des taxes de transit, des déclarations des bien… à travers les Etats de l’EAC.  Le Rwanda avec son projet de déplacer les représentations des industries de Dubaï et de la Chine à Bugesera afin de permettre à sa population d’acheter à moindre cout, ne devrait que s’irriter ses pairs qui seront alors en mal de positionnement vis-à-vis du marché congolais.

Dans ce deal, le Rwanda voudrait mieux l’appui de la RDC plus que celui que voudrait avoir la RDC de lui pour des raisons sécuritaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.