lundihebdo.com
Friday, July 2020
Now Reading:
INSÉCURITÉ À GOMA : L’ARMÉE EST REDEVABLE AU PEUPLE (MAJOR GUILLAUME NJIKE)
Full Article 2 minutes read

INSÉCURITÉ À GOMA : L’ARMÉE EST REDEVABLE AU PEUPLE (MAJOR GUILLAUME NJIKE)

Par Frédéric Feruzi

Le porte-parole de l’armée congolaise au Nord-Kivu a pris la parole à l’issue de deux opérations simultanées de couvre-feu qui ont eu lieu au camp militaire de Katindo et dans celui des policiers dit Munzenze, à Goma, depuis tôt ce mercredi matin.

Les opérations ont été menées conjointement par l’armée et la police dans les deux camps de Goma. Pour le major Guillaume Njike, Il fallait les assainir, à la suite d’une situation d’insécurité généralisée dont les dénonciations prennent à partie l’armée et la police.

Lors de différentes sorties dans la presse, des acteurs de la société civile ont accusé les bandits armés de se retrancher dans les camps après des opérations dans la cité. Les membres du gang dit ‘’40 voleurs’’, seraient des militaires et des policiers qui se réfugient dans le camp Katindo, après des cambriolages véhiculés et auxquels participeraient des enfants et des femmes, à en croire diverses sources de la société civile.

Le deuxième cas de justice populaire en deux semaines au quartier Mabanga-Nord, voisin du camp Katindo, rapporté le 29 avril à 4h du matin, impliquait un bandit armé venu du camp, selon les jeunes qui patrouillent tous les soirs. Il a été le seul d’un groupe de 4 bandits armés qui s’étaient enfuis.

Depuis fin avril dernier, suite à l’insécurité grandissante, la ville de Goma a enregistré au moins 7 cas de justice populaire dont 3 au quartier lac-vert, 2 au quartier Kyeshero et 2 au quartier Mabanga-Nord.

Le bilan du couvre-feu

Sur une promesse de détailler plus tard, le porte-parole de l’armée congolaise parle de civils arrêtés qui habitaient illégalement dans les camps. Des armes et des munitions non contrôlées par l’État ont été également récupérées, fait savoir Guillaume Njike. Il signale aussi des prises de boissons sur alcoolisées et du chanvre.

Outre la recherche des hors-la-loi dans les camps, l’armée était en activité normale de sureté de la ville, explique le porte-parole de l’armée congolaise. Guillaume Njike annonce que les opérations des camps n’étaient que le début d’un travail qui devra être fait dans toute la ville de Goma, en vue de permettre la population de poursuivre calmement ses activités.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.