lundihebdo.com
Friday, July 2020
Now Reading:
MANIFESTATION DE NYAMILIMA : LA LUCHA JUGE MENSONGÈRES LES ACCUSATIONS DE MEURTRE DES FARDC
Full Article 3 minutes read

MANIFESTATION DE NYAMILIMA : LA LUCHA JUGE MENSONGÈRES LES ACCUSATIONS DE MEURTRE DES FARDC

Frédéric Feruzi

Lors d’un point de presse ce mardi à Goma, le mouvement citoyen a été catégorique avec l’armée congolaise : elle a menti ! La Lucha lui demande d’avancer les preuves du meurtre de ses deux éléments qu’elle lui attribue.

Pour la Lucha, les forces armées de la république démocratique du Congo tentent de la dissuader de poursuivre ses mobilisations contre les décisions unilatérales de l’institut congolais pour la conservation de la naturelle (ICCN), sur les conflits des limites avec le parc national des Virunga. Pour une simple manifestation, des centaines d’habitants de Nyamilima se mobilisent, un succès qui menace les intérêts de certains, selon le mouvement citoyen.

Lors des mobilisations du 4 avril et du 2 mai, des militants de la Lucha auraient tué deux éléments de l’armée congolaise et emporté deux armes de type AK 47, à en croire un communiqué de l’armée congolaise, du 4 mai, qui accuse également la Lucha de connivence avec des miliciens Mai-Mai de l’AFRC. C’est une accusation fausse, rétorque la Lucha.

L’accusation est dénouée de tout fondement, selon la Lucha qui ne reconnait pas d’abord les manifestations du 4 avril et 2 mai. Ses manifestations se sont passées en date du 4 et 15 février, ainsi que le 4 mars. Ces manifestations consistaient à demander une démarcation participative du parc national des Virunga et l’accès aux champs des riverains, que l’ICCN aurait illégalement incorporés dans les limites du parc dans un processus de délimitation unilatérale et policière, dénonce la Lucha.

Ces manifestations qui sont la cible d’une répression de forces de sécurité et des éco-gardes, sont pourtant pacifiques et non-violentes, selon la Lucha. Elle prévient qu’elle va poursuivre ses mobilisations, malgré ce qu’elle croit être une tentative d’intimidation. Celle-ci se caractérise également par une campagne de désinformation menée par certaines autorités locales de Nyamilima, le commandant local des FARDC et certains groupes au sein de l’ICCN.

La Lucha qui reconnait toutefois que quelques cas d’attaques ont été rapportés contre les clôtures installées par l’ICCN à Nyamilima, affirme qu’elle n’y est pas liée de près ni de loin. C’est en quelque sorte en réponse à l’armée congolaise qui l’associe aux groupes armés dont elle rappelle avoir la mission de traquer.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.