lundihebdo.com
Tuesday, July 2020
Now Reading:
NORD-KIVU : LA LUCHA S’OPPOSE A L’ INTERVENTION DES ARMEES RWANDAISE, OUGANDAISE ET BURUNDAISE EN RDC
Full Article 3 minutes read

NORD-KIVU : LA LUCHA S’OPPOSE A L’ INTERVENTION DES ARMEES RWANDAISE, OUGANDAISE ET BURUNDAISE EN RDC

Par Frédéric Feruzi

Si les armées rwandaise, ougandaise et burundaise sont redéployées sur le sol congolais, la Lucha craint que les mêmes causes reproduisent les mêmes effets dans le problème de sécurité dans l’Est de la RDC.

La crainte de la Lucha est basée sur l’expérience de l’opération militaire ‘Umoja Wetu’, menée conjointement par les forces armées congolaises et rwandaises en 2009, au Nord-Kivu. La société civile congolaise et certains acteurs politiques estiment que cette opération qui visait à traquer les FDLR (Rebelles rwandais) n’avait pas atteint ses objectifs. Elle avait plutôt servi au Rwanda de conforter ses intérêts en RDC, pensent certains observateurs.

‘’On a une expérience douloureuse avec le Rwanda, l’Ouganda et le Burundi qui ont eu à intervenir au Congo en 2009 et ça n’a rien produit comme résultat ’’, déclare Espoir Ngalukiye, l’un des militants particulièrement actifs de la Lucha, à Goma. Devant le cabinet du gouverneur où a lieu la réunion des chefs d’État-major des armées de la sous-région des grands-lacs, Espoir et plusieurs activistes de la Lucha ont des affiches sur de cartons et scandent des chansons hostiles à l’éventuelle force conjointe, annoncée à la fin de la réunion militaire.

‘’En aucun jour ces pays ne voudront à ce que la RDC soit en paix. La volonté de ces pays c’est de voir la RDC toujours en insécurité et comme c’est leur volonté, ils décident de venir au Congo, ça ne sera jamais pour la pacification du Congo et nous, nous nous opposons à ça.’’, dénonce Espoir Ngalukiye.

Propositions de la Lucha pour éradiquer l’insécurité

‘’Nous avons besoin de la paix, mais pas une paix qui sera amenée par ceux qui ont amené l’insécurité au Congo. Ceux qui ont amené l’insécurité au Congo, ce sont ces pays-là, et nous nous opposons à eux ! ’’, poursuit Espoir Ngalukiye.

L’activiste pro-démocratie de la Lucha formule des propositions qui vont de la réactivation de la brigade d’intervention (Tanzanie, Malawi, Afrique du Sud) de l’Onu qui a fait ses preuves à l’époque de la rébellion du M23 en 2012 et le recours à une opération congolaise. Il explique :’’Il y’a une success-story avec la brigade d’intervention. S’ils veulent intervenir au Congo, qu’ils utilisent la brigade d’intervention’’

Outre une opération militaire conjointe entre la brigade d’intervention de l’Onu et l’armée congolaise, Espoir Ngalukiye propose une opération sérieuse de désarmement à l’intention des groupes armés :’’Il y’a plusieurs groupes armés qui ont montré leur volonté pour se désolidariser de la forêt. Et comme il n’y a pas encore de mécanisme clair pour démobiliser ces personnes, nous demandons à ce que notre pays puisse mettre en place ce mécanisme-là qui va démobiliser ces personnes.’’

Malgré toutes les propositions qu’il fournit, Espoir Ngalukiye ne croit pas toujours à l’intervention d’une force étrangère pour résoudre le problème de l’insécurité au Congo :’’La pacification du Congo ne viendra que par les congolais eux-mêmes, par les FARDC, pas par la Monusco, pas par le Rwanda, pas par le Burundi, pas par l’Ouganda. Nous, nous nous opposons à ça, s’ils tentent de venir au Congo, ils vont nous trouver sur leur chemin. Nous allons toujours nous opposer à eux !’’

Espoir Ngalukiye conclut que l’intervention de la force conjointe annoncée ne serait pas seulement une erreur de la part des dirigeants congolais, mais encore un manque de respect au peuple congolais.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.