lundihebdo.com
Saturday, October 2020
Now Reading:
NORD-KIVU : UN CHEF DE VILLAGE DU TERRITOIRE DE NYIRAGONGO TUÉ À GOMA
Full Article 2 minutes read

NORD-KIVU : UN CHEF DE VILLAGE DU TERRITOIRE DE NYIRAGONGO TUÉ À GOMA

Vue du volcan Nyiragongo, référence du territoire de Nyiragongo, photo droit tiers.

Par Frédéric Feruzi

Chef du village Kalangala, en groupement Rusayu, Norbert Amisi Kanane a été tué par balles ce mercredi soir peu avant 24h, à Himbi, quartier résidentiel du Sud-ouest de Goma.

Le chef serait mort dans le cadre d’un conflit coutumier dans le territoire de Nyiragongo, soupçonne une source anonyme qui le fréquentait. En effet, Nyiragongo est l’un des territoires du Nord-Kivu les plus enclins aux conflits du pouvoir coutumier. Depuis des décennies, des autorités coutumières sont régulièrement tuées.

Norbert Amisi vient donc compléter leur liste, laisse entendre une femme ressortissante du territoire qui ne s’étonne pas devant ce énième assassinat. La victime vivait en clandestinité à Goma, depuis quelques temps. Une source affirme qu’il avait déjà élu domicile à Himbi. Une autre indique qu’il vivait entre différents endroits de Goma, par crainte pour sa sécurité.

Le conseil territorial de la jeunesse de Nyiragongo (CTJ) réclame une enquête pour élucider les circonstances qui entourent l’assassinat de Norbert Amisi. Contacté, la société civile de Nyiragongo a préféré s’abstenir de toute déclaration, le temps pour lui d’attendre l’aboutissement des enquêtes. Elle s’est limitée à poster la nouvelle sur son compte Facebook.

Pour le CTJ-Nyiragongo, les enquêtes devront permettre d’arrêter les assassins du chef de village Kalangala. Leur jugement devra servir de modèle aux autres criminels, selon son président Éric Kitalyaboshi. Le conseil des jeunes de Nyiragongo dénonce au même moment l’insécurité grandissante dans l’entité. Il attribue cette situation à l’absence d’autorité à la tête de la chefferie de Bukumu où se trouve le village de Kalangala.

Depuis 1995, le poste n’a été occupé que par des chefs intérimaires, n’ont pas cessé de déplorer la société civile et des groupes de pression du territoire de Nyiragongo. Pour eux, c’est l’une des sources de l’instabilité caractéristique du territoire de Nyiragongo.

Différents camps opposés autour du pouvoir coutumier de la chefferie de Bukumu s’affrontent depuis par manifestations, politiques et diplomaties interposées. Mais pour l’heure, les habitants de la chefferie attendent leur chef, disent-ils chaque fois que les medias leur tendent leurs micros.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.