lundihebdo.com
Friday, July 2020
Now Reading:
NYIRAGONGO : CRAINTE D’UNE FAMINE APRÈS UNE PLUIE QUI A DÉTRUIT 25 HECTARES À BUHUMBA
Full Article 3 minutes read

NYIRAGONGO : CRAINTE D’UNE FAMINE APRÈS UNE PLUIE QUI A DÉTRUIT 25 HECTARES À BUHUMBA

Par Frédéric Feruzi

La pluie s’est abattue sur le groupement Buhumba dans la nuit de mardi à ce mercredi, faisant deux enfants morts, en termes de perte en vies humaines, rapporte la société civile du territoire de Nyiragongo.

L’origine de la crainte de famine réside en ce que les 25 hectares détruits sont des cultures vivrières, qui survient en période agricole. La société civile de Nyiragongo détaille le haricot, le choux, la carotte, le maïs, etc. sans compter les kilomètres des routes de desserte agricole et de maisons détruites. Elle ajoute que même du bétail a été tué.

La société civile du territoire de Nyiragongo estime à plus de 300, le nombre d’habitants concernés par ces ravages.’’ Il y’aura moins de récoltes et par conséquent il y’aura la famine. Suite à cette famine, la population va souffrir pendant la période qui va suivre parce que nous sommes dans la période culturale…Bon, ils vont récolter quoi qui a été détruit par les pluies ?’’, déclare, John Kennedy Buunda, le rapporteur-adjoint de la société civile de Nyiragongo.

Parallèlement à la famine, il pourra y avoir un exode rural, pronostiquent les forces vives du territoire de Nyiragongo.

SOS pour les sinistrés

La société civile veut que des mesures conséquentes soient envisagées pour prévenir la précarité qui guette désormais la zone dévastée par les pluies qui n’en finissent plus, depuis ces derniers jours, sur le territoire de Nyiragongo. Les sinistrés, qui vivent des cultures et de l’élevage, sont dans ce contexte, fragilisés, fait savoir notre source.

Elle invite les autorités congolaises, leurs partenaires (humanitaires) et des bienfaiteurs indépendants à apporter de l’aide à une population qui croupit d’ailleurs dans la misère.

Cette catastrophe intervient au moment où des alertes sur une famine généralisée dans le territoire de Nyiragongo sont lancées. Pour la deuxième fois en un mois, le mouvement des sociétés civiles du Congo (MSCO) affirme avoir constaté une pénurie des aliments dans plusieurs villages, lors d’une campagne de sensibilisation contre le coronavirus dans le Nyiragongo. Ce mercredi, elle a recommandé l’organisation d’une distribution des vivres aux populations démunies, qui sont impactées par les restrictions liées à la prévention du coronavirus au Nord-Kivu. Les trafics et les activités qui leur profitaient ont alors été diminués, avec comme conséquence, la famine, selon le MSCO.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.